Gallargues
Activités
Organisation
Bulletin
Gallargues
Boutique
Le télégraphe Chappe
Adresses et liens
Adhésions/commandes

Le tg Chappe à Gallargues

  La tour royale de Gallargues le Montueux, vestige du château féodal du XIIIe siècle, classée depuis 1840 à l'inventaire des Monuments Historiques, abrita de 1832 à 1852 l'un des 534 systèmes de transmission aérienne Chappe.

  Ces lignes de transmission de signaux, déployées en France à partir de 1793, conçues, construites et exploitées pour l'essentiel par les cinq frères Chappe, formèrent le premier réseau de télécommunications du monde.
 
Le relais de Gallargues se situait sur la ligne du Midi, entre Avignon et Bordeaux, en communication à 9,5 km à l'ouest avec celui de Lunel-Viel (Tour de Farges), et à 10 km à l'est avec celui de Bernis.
 
Il permettait au pouvoir central d'échanger très rapidement avec les autorités locales (moins de 2 heures pour la transmission d'une dépêche de 40 mots entre Montpellier et Paris, par temps favorable). Ce réseau, à la seule disposition de l'Etat, n'a jamais transmis de dépêches privées.
 
Les messages étaient codés et acheminés sous forme de signaux, composés au sommet d'un mât autour duquel pivotaient un régulateur et à ses deux extrémités des indicateurs, peints en noir pour se détacher dans le ciel.
 
Des cordages ou filins tendus sur des poulies permettaient de mouvoir l'ensemble à partir de la salle d'exploitation, grâce à un manipulateur approprié, autorisant la construction de 92 figures géométriques (combinaisons) ayant chacune une signification précise.
 
La lecture à distance de ces signes était faite avec à une longue-vue assurant un grossissement convenable, puis traduite en bout de ligne avec un « vocabulaire » (dictionnaire) de 92 pages de 92 lignes chacune.
 
Deux stationnaires par poste se répartissaient la permanence, de l'aube au crépuscule. Les télégraphistes gallarguois appartenaient à des familles locales: Jacques Michaud, puis successivement Jacques, Jean Jacques et Hippolyte Angevin.
 
Après la restauration de la tour elle même, réalisée par la municipalité de 1987 à 1992 sous le contrôle des Monuments Historiques, l'Association du Patrimoine Gallarguois a coordonné, avec le soutien de la municipalité, de l'association HISTELPOST (Recherches Historiques sur la Poste et les télécommunications en Languedoc) et de la FNARH (Fédération Nationale des Associations de Recherche Historique sur la Poste et les Télécommunications) la réalisation d'un mécanisme totalement conforme au modèle originel, complet et fonctionnel, inauguré le 6 novembre 2010.
 
Les plans ont été numérisés en 3D par l'IUT de Nîmes à partir des documents originaux de Michel Ollivier (FNARH), sous la coordination de la plateforme technologique du Gard (Lycée Dhuoda).
Les éléments de menuiserie (mât, régulateur, indicateurs) ont été réalisés par l'ébenisterie Arole de Vergèze.
Le mécanisme (arbres, poulies, manipulateur, fourchettes, tringlerie et accastillage) a été usiné et assemblé par le département Génie Mécanique de l'IUT de Nîmes.
 
 
Visites (diaporama commenté, exposition, maquettes, démonstration de manipulation)
  • jours et heures d'ouverture: se renseigner à la mairie, place du Coudoulié, tel. 04 66 35 02 91 (aux heures d'ouverture des bureaux) ou sur son site internet officiel: www.gallargues.fr
  • possibilité de visites de groupes (8 personne minimum) sur rendez-vous

Cette réalisation s'inscrit aujourd'hui dans un projet plus vaste de reconstitution d'un bureau de poste et d'exposition de matériels couvrant la période 1900/1990, qui serait présenté dans le petit immeuble mitoyen, acquis par la commune, qui est presque contemporain de la tour, en cours de restauration.

A cet effet, la mairie a acquis en 2005 une importante collection de matériels postaux et téléphoniques de la première moitié du XXe siècle, et Histelpost envisage de mettre régulièrement à disposition de ce musée une partie du matériel conservé dans son conservatoire montpellierain.

Cette réhabilitation pourrait être complétée, à 17 m. au sommet de la tour et à 80 m. d'altitude, accessible pour les plus intrépides hors fonctionnement du télégraphe, par une table d'orientation ceinturant la terrasse et décrivant le panorama exceptionnel du Canigou à l'ouest au Ventoux à l'est, de l'Aigoual et le Mont Lozère au Nord à ligne de côte de la Méditerranée au sud.



 

façade sud de la tour et du futur musée

 

façade ouest

coupe est/ouest